Vivre avec la maladie, mais aussi… L’après ?

Tout commence avec une annonce…

L’annonce d’une maladie, peut être bouleversante. En fonction de son vécu, de ses antécédents, des représentations qu’elle a de la maladie, chaque personne appréhende cette annonce à sa manière, peut-être avec désarroi, déni ou colère…

Vient ensuite le temps de l’acceptation… Accepter et comprendre sa maladie, afin de pouvoir vivre avec elle, s’auto-gérer et devenir acteur de sa santé.

Mais aussi, savoir comment le partager avec son entourage… Comment prévenir sa famille, son travail, ses amis ?

Comprendre les différents changements induits par la maladie. Par exemple, sur son corps et l’image que l’on en a, sur les envies qui changent, sur son humeur qui fluctue, sur les relations qui se modifient, sur ses capacités et l’estime que l’on a de soi-même…

Il est important de s’écouter ! D’être à l’écoute de son corps et de ses besoins et de considérer sa fatigue et ses douleurs afin de pouvoir réaménager son quotidien pour le rendre plus confortable.

 

Mais l’après alors ?

Il est important de ne pas sous-estimer cette phase, car celle-ci peut-être particulièrement éprouvante… Comment vivre cette phase de transition, de celui de “malade” à celui de “personne en rémission” ?

La fin des traitements implique souvent un sentiment de solitude…  C’est un retour brutal dans dans une réalité où la personne doit reprendre doucement ses marques.

C’est aussi un retour vers soi-même, une prise de conscience de l’épreuve traversée, qu’il faut alors prendre le temps de “digérer”.

Il est également difficile de faire face aux attentes de l’entourage, qui peuvent considérer que tout pourra dorénavant “revenir à la normale”.

La personne peut faire face à de la peur, celle d’une récidive par exemple, ou la peur de ne plus être capable d’être aussi performant ou dynamique…  Mais également à de nombreuses angoisses, telles que d’insécurité, d’abandon,d’incertitude vis à vis de l’avenir…

Il est alors nécessaire de se projeter dans l’avenir et d’entreprendre de nouveaux projets.

En tant que psychologue clinicienne de la santé je peux vous accompagner à entreprendre avec vous un travail sur ces différentes problématiques en lien avec le vécu de la maladie.